fbpx

À l’heure ou Twitter et Facebook ont pris la décision, sans précédent, de supprimer des publications appelant à la violence et de suspendre les comptes d’un certain ancien Président américain, la question se pose sur la dangerosité de ces plateformes numériques.

Conspirations et complots

Les réseaux sociaux semblent être devenus, au fils des ans, l’une des armes les plus dangereuses de notre temps. Les algorithmes dressés aux clics ne font malheureusement pas la différence entre la vérité et les fake news nourrissant ainsi des millions de gens de conspirations contagieuses, de théorie du complot mettant en cause l’existence même de la pandémie mondiale de la Covid-19, parlant de terre plate et pouvant mener à l’événement tragique qui s’est déroulé au Capitole le 6 janvier 2021.

La démocratie menacée

Il faut savoir que Facebook propose à chaque compte une expérience personnalisée. Aucun compte Facebook ne ressemble à un autre. Votre fil d’actualités est unique à vous, vos centres d’intérêts, votre couleur de peau, votre situation géographique, votre nationalité, vos likes, vos partages, votre âge, vos opinions et goûts personnels. Personne d’autre ne voit ce que vous voyez sur votre fil d’actualités.

Mais que valent nos données, la connaissance de nos besoins sans la capacité à influencer nos décisions?

Une fois récoltées, vos données personnelles telles que vos likes, vos réactions, votre géolocalisation, sont étudiées pour déterminer vos besoins et vous suggérer un certain contenu: un mariage? un enfant? un voyage? des élections à venir? une croyance à la mode?

C’est ainsi que les mêmes informations et idéologies peuvent jouer en boucle sur le fil d’actualité de certain compte et que cela peut sonner, pour certaine personne, comme la seule vérité!

On ne parle pas ici de vous inciter à acheter une nouvelle paire de chaussure. On parle de manipulations pouvant menacer nos démocraties, notre système, la paix (notre humanité?). Les réseaux sociaux peuvent être utilisés comme un outil de propagande politique inégalable. Rappelez-vous le scandale de Cambridge Analytica:

Cambridge Analytica, une entreprise qui se spécialise dans la communication politique, développe des méthodes basées sur la création de profils psychologiques pour cibler des individus afin de les influencer lors des élections. Le but est de manipuler les pensées populaires afin de modifier des habitudes de vote pour contrôler les résultats d’une campagne électorale. En 2016, engagée pour gérer la campagne de Trump, Cambridge Analytica aurait utilisé les données personnelles, via Facebook, de plus de 87 millions de profils américains. Cette entreprise a été impliquée dans plus de 40 élections politiques ainsi que le referendum du Brexit, faisant sortir l’Angleterre de l’Union Européenne. Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à visionner le documentaire Great Hack.

Imposer des règles aux plateformes

Le documentaire The Social Dilemma diffusé en septembre dernier sur Netflix sonnait l’alarme et allait même jusqu’à parler d’un risque de guerre civile si on n’agissait pas en imposant des réglementations strictes à Facebook et ses compères.

Les modèles d’affaires de tous ces géants sont basés sur la publicité/ récupération de données personnelles. Lorsqu’une page Facebook, que cela soit une marque de vêtement, une concession de voiture ou un parti politique, décide de faire de la publicité sur la plateforme, elle choisit son audience – ses cibles, soit vous et moi en fonction de votre profil. Facebook vend vos informations, votre clic rapporte de l’argent. Votre commentaire, le partage d’une publication rapportent de l’argent.

Que la publication dise la vérité ou non. Que la publication soit bonne pour votre santé ou non. Que la publication soit éthique ou non.

Pouvons-nous exiger des réseaux sociaux un contrôle des contenus qu’ils diffusent, une plus grande transparence sur leur façon d’utiliser nos données personnelles? Les contraindre à une éthique ?


Laurie

Laurie est la fondatrice de Vivala. Ancienne cavalière professionnelle, elle a concouru dans les plus belles compétitions en Europe avant de se spécialiser dans le marketing numérique qu'elle exerce depuis plus de 10 ans. Être accroché à son téléphone, elle sait ce que c'est! C'est pourquoi elle a décidé d'agir afin d'aider les gens à passer moins de temps sur les écrans et plus de temps dans le moment présent.

0 Comments

Et toi, qu'en dis-tu?

EN